Ne cessez pas la campagne anti-gripens maintenant !

Une votation critique s’annonce en Suisse. En effet, après l’acceptation de l’initiative sur l’interdiction des minarets et l’acceptation de l’initiative subtilement nommée contre l’immigration massive, nous allons voter sur une proposition de loi fédérale visant à l’achat de nouveaux avions de combat. Pourquoi comparer cette votation portant sur une loi fédérale avec deux votations concernant des initiatives populaires fédérales ? Pour les initiatives, de mémoire, le OUI était annoncé perdant par tous les sondages jusqu’à la votation, mais il ne cessa pas de grappiller du terrain dans les sondages. Les partisans du OUI travaillèrent à rattraper leur retard, les partisans du NON détournèrent leur attention vers les autres objets de la même journée de votation, où ils espéraient encore faire basculer la tendance (ou profiter d’une tribune politique encore disponible). Au final, dans les deux cas, le OUI ne gagna aucun sondage, mais fut accepté en votation. Les partisans du NON s’en mordent encore les doigts. Continue reading “Ne cessez pas la campagne anti-gripens maintenant !”

Des Top 10 de livres, 200 fois.

Le hashtag #mytoptenbooks était ces derniers jours l’occasion pour chacun et chacune de partager sa sélection de dix livres marquants sur Twitter, Facebook ou Instagram. Après la collecte des 200 premiers top 10, que peut-on dire des choix des participantEs ? MlleFunambuline et Martin Grandjean ont extrait les informations contenues dans les photos, puis un script assez simple a permis la réalisation d’une série de réseaux (biparti, projections sur les auteurs/utilisateurs, etc.).

Voici un bref résumé tiré des deux cent premières listes référencées. L’article que Funambuline en a fait est ici, et celui de Martin ici. Continue reading “Des Top 10 de livres, 200 fois.”

Hey, tell me the truth… are we still in the game?

business-cat-meme-generator-have-common-sense-trade-it-for-phd-4db2dc

Voici un bref texte chaotique, une réflexion sur le travail de thèse et sur mon travail de thèse. Je l’écris pour mettre quelques idées au clair ; il tient le rôle de jalon. Nombre de propos tenus ci-dessous évolueront, et seront peut-être contredits dans les semaines à venir.

La thèse

La thèse est une épreuve obligatoire dans un parcours académique. C’est le premier travail de cette taille et à ce niveau de détail. Et c’est souvent aussi le dernier, la suite étant constituée principalement d’articles, de présentations. Quand il y en a, les livres adoptent peu fréquemment le même souci de précision.

Au cours du doctorat, on apprend comment gérer un projet aussi riche et considérable, et on apporte sa contribution à la Science par la même occasion. Ou dans l’ordre inverse. C’est le bizutage inesquivable pour pouvoir tenter sa chance dans une carrière académique (comprendre : essayer de devenir professeur).

Après des années de lecture d’articles et de mise sur pied d’expériences, je rédige. Si tout se passe bien, voici les événements qui m’attendent. Continue reading “Hey, tell me the truth… are we still in the game?”

Notre regard face à l’informatique et à la programmation doit changer.

« De toute manière, je suis nul/nulle en maths/informatique !» C’est toujours par de la tristesse que je réagis à cette remarque par trop banale à l’école, à l’université, comme au quotidien. Martin Grandjean demande dans son dernier billet [1] « des cours qui mettent en pratique des approches humanités numériques », mais ajoute que « l’apprentissage de la programmation ne se justifie que lorsque les chercheurs actifs dans la faculté en question en ont une utilité ». Je prétends que tout le monde doit avoir accès à des rudiments de programmation, bien avant d’en être à envisager d’entrer à l’université. Continue reading “Notre regard face à l’informatique et à la programmation doit changer.”

Humanités numériques : une nouvelle dynamique, pour combien de temps ?

Suite à un billet s’interrogeant naïvement sur les humanités numériques, Martin Grandjean a rédigé une réponse développant plus avant certaines interrogations. Par ailleurs, il soulève une quantité importante de questions, traçant des parallèles entre le cas qui nous occupe et l’émergence dans notre histoire de diverses autres disciplines. J’aimerais ici poursuivre la discussion.

Une nouvelle dynamique

Dans son blog post, Martin utilise le terme très élégant de “nouvelle dynamique” pour ne pas avoir à trancher encore pour une définition ou une autre. Dans le fouillis des recherches menées en humanités numériques, des laboratoires s’attellent à appliquer des méthodes des sciences “dures”, (trop ?) amplement documentées par là-bas, sur des problématiques et des données issues des sciences humaines et sociales, afin de leur faire cracher ce qu’elles nous cachent encore (c’est le cas par exemple de la théorie des graphes, qui permet d’exploiter l’aspect relationnel de certains jeux de données). Pendant ce temps, d’autres laboratoire s’attellent, dans le sens contraire, à développer les outils qui leur permettront d’exploiter des données inexploitables auparavant (par exemple le close reading, une approche de l’analyse littéraire qui étudie les livres par milliers sans avoir à les ouvrir, et repose sur des méthodes de numérisation et de reconnaissance de caractères à grande échelle, parfois via du crowdsourcing). Continue reading “Humanités numériques : une nouvelle dynamique, pour combien de temps ?”

Humanités numériques : controverses

Les humanités numériques (en anglais, digital humanities) ont la propriété intéressante d’être ouvertes à toutes les définitions. Le terme, tout comme ce qu’il recoupe, est récent à l’échelle de l’histoire des sciences, et il y a autant de manière de définir les humanités numériques qu’il existe en leur sein de chercheuses et de chercheurs. Chacun peut proposer son interprétation de ce qu’est ce champ de recherche, ou cette approche scientifique. En effet, même ce point est à discuter. Tout comme le terme qui doit les regrouper en français : humanités numériques, ou digitales ? Continue reading “Humanités numériques : controverses”

Digital copyrights, par Frédéric Schütz [DHLausanne, 18 octobre 2013]

Ceci est un compte-rendu assez brut de cette présentation faite dans le cadre du séminaire UNIL-EPFL “DHLausanne” par Frédéric Schütz, statisticien à l’Institut Suisse de bio-informatique et enseignant à la Faculté de Biologie et Médecine de l’UNIL. Frédéric était là en tant que membre de la association Wikimédia CH, le chapitre suisse du mouvement Wikimedia, pour nous présenter la problématique de la question du droit d’auteur dans la propriété d’oeuvres digitales. Pour débuter, Dominique Vinck fait l’introduction de la séance, en commentant qu’on ne s’inquiète en général pas assez des questions de droit d’auteur au niveau scientifique, trop occupés que nous sommes par les contenus eux-mêmes.

wiki_dhlausanne
Frédéric nous fait une démonstration de violation du droit d’auteur dans sa slide ci-dessus. À partir de quelle résolution d’image suis-je également coupable en la reproduisant ici ?

Frédéric commence par décrire la raison de sa présence ici. La Wikimedia Fondation défend les intérêts des projets associés à Wikipedia et l’association Wikimédia CH fonctionne comme point de
contact local. Elle mène des projets avec des entités gouvernementales et des musées. Il a une expérience pratique dans le domaine du droit d’auteur digital, mais pas de compétences formelles. Continue reading “Digital copyrights, par Frédéric Schütz [DHLausanne, 18 octobre 2013]”

Digital Humanities Venice Fall School 2013

From October 6 to 11, around thirty participants, mostly from EPFL and Ca’ Foscari (University of Venice), got reunited in Venice for a week, in the context of a summer school in Digital Humanities, renamed “fall school” due to the dates. Half the participants were coming from hard and engineering sciences (mostly computer scientists), half from Humanities (mostly historians), and the goal of the week was to bring them together around common points of interests, get them to discuss and work together, and create some links between PhD students from both entities, in parallel to the on-going Venice Time Machine project seeing EPFL and Ca’ Foscari collaborating together.

20131009_082012 Continue reading “Digital Humanities Venice Fall School 2013”